L’Abitibi-Témiscamingue, territoire d’art et de culture

Actualités culturelles

LES ARTS ET LA CULTURE : UN ENJEU ÉLECTORAL EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

  • Imprimer
  • Envoyer par courrier

10 octobre 2019


COMMUNIQUÉ – Pour diffusion immédiate

LES ARTS ET LA CULTURE : UN ENJEU ÉLECTORAL EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE. 

Rouyn-Noranda, le 10 octobre 2019 - Le Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue a sondé différents candidats de la région au sujet des enjeux liés aux arts et à la culture dans la campagne électorale fédérale. Les positions officielles des partis intéressent également le Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue dans une optique de représentation des intérêts du milieu culturel et artistique. Cette semaine s'ajoutent les réponses de la candidate libérale dans Abitibi-Témiscamingue, Claude Thibault.

Six candidats des différents partis ont répondu à nos questions qui sont rassemblées ici sous 4 thèmes: Une vie culturelle forte en Abitibi-Témiscamingue – Loi sur le droit d’auteur – Imposer les géants du Web – Le financement et la fiscalité des artistes.

 

UNE VIE CULTURELLE FORTE EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

ALINE BÉGIN – CANDIDATE DU PARTI VERT DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Aline Bégin reconnaît l’importance d’un secteur culturel dynamique dans les différentes régions. Pour la candidate, cela contribue à créer un sentiment d’appartenance, à attirer des nouveaux arrivant, en plus d’être un facteur d’enracinement. Elle pense que les initiatives d’envergure comme le Festival de musique émergente et le Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue contribuent à renforcer l’attachement à l’Abitibi-Témiscamingue des nouveaux arrivants et nouvelles arrivantes qu’accueille la région. Par ailleurs, Aline Bégin pense que le rayonnement des arts et de la culture de la région passe par des ambassadeurs qui feraient la promotion de la région sur les plans touristique et artistique.

CLAUDE THIBAULT - CANDIDATE DU PARTI LIBÉRAL DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Claude Thibault estime qu’une vie culturelle forte permet non seulement des développements économiques importants, mais aussi un sentiment d’appartenance à la région et à la culture. C’est pour elle la base de toute communauté forte, diversifiée et accomplie. Elle souligne qu’en Abitibi-Témiscamingue se côtoient Autochtones, allochtones ainsi que de plus en plus de personnes issues de différentes communautés culturelles. Pour la candidate, cela permet de bâtir une région multiculturelle, dont les visions et les objectifs sont uniques et teintés de cultures différentes qui s’apprivoisent, qui s’allient et qui se renforcent.

Les cultures autochtones et témiscabitibienne doivent être mises de l’avant via des projets novateurs. Elle souligne qu’au cours de son mandat, le Part libéral a financé des initiatives visant la revitalisation et le maintien des langues autochtones. De 5 millions de dollars en 2016, l’appui du gouvernement à ces langues a bondi à 44 millions de dollars en 2020-21.

Selon Mme Thibault, il est essentiel de préserver le patrimoine du Canada pour comprendre l’histoire des communautés et pour favoriser le rapprochement entre les gens. Elle déplore que la législation actuelle offre peu de directives sur la façon dont les lieux patrimoniaux du Canada sont désignés et protégés, mettant à risque leur préservation et leur entretien. Pour fournir une orientation plus claire sur la façon dont les lieux du patrimoine national doivent être désignés et préservés, le Parti libéral compte adopter une nouvelle législation exhaustive sur le patrimoine de lieux patrimoniaux appartenant au gouvernement fédéral.

Si elle est élue, Claude Thibault entend veiller à ce que les projets qui assurent un rayonnement des artistes de la région reçoivent l’attention de Patrimoine Canada. À titre d’exemple, la candidate mentionne les projets de sculptures géantes anicinabek et l’initiative CULTURAT. Elle souligne aussi que pendant son mandat, le Parti libéral a notamment contribué au financement de l’Agora des arts pour ses travaux.

MARTIN FERRON – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI−BAIE-JAMES−NUNAVIK−EEYOU

Martin Ferron considère que les arts et la culture contribuent à faire rayonner l’Abitibi-Témiscamingue à l’extérieur de la région. Il illustre sa position en mentionnant en guise d’exemples l’initiative CULTURAT ainsi que certains festivals de grande envergure, dont le Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Il ajoute que des artistes autochtones de la circonscription qu’il représente rayonnent aussi à l’extérieur de la région.
Selon lui, la culture est un moteur économique et elle permet de faire bonne presse à la région. Il considère que le gouvernement du Canada peut être un partenaire parmi d’autres des productions culturelles.
M. Ferron aimerait encourager des partenariats artistiques sur les différents territoires que couvre la circonscription Abitibi−Baie-James−Nunavik−Eeyou. Il souhaite par exemple que des initiatives d’artistes de l’Abitibi-Témiscamingue se déplacent vers le Nunavik et vice-versa.

ALAIN GUIMOND – CANDIDAT DU NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Candidat pour le Nouveau parti démocratique dans la circonscription d’Abitibi-Témiscamingue, Alain Guimond estime que les artistes contribuent non seulement au rayonnement de l’Abitibi-Témiscamingue, mais aussi à la qualité de vie des milieux.

Pour lui, un secteur culturel foisonnant n’est pas qu’une question de fierté car au Québec, les investissements en culture sont rentables économiquement.

En matière d’arts et culture, Alain Guimond estime qu’il est primordial que les artistes puissent vivre décemment de leur art. Il croit que les lieux de diffusion doivent être bien équipés et que les emplois dans le secteur culturel doivent être maintenus.

S’il est élu, Alain Guimond compte agir en tant qu’ambassadeur pour l’Abitibi-Témiscamingue et utiliser les outils de communication qui sont à la disposition des élus fédéraux pour faire la promotion de la région.

SÉBASTIEN LEMIRE – CANDIDAT DU BLOC QUÉBÉCOIS DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Sébastien Lemire soutient que les arts et la culture constituent l’un des enjeux les plus importants à défendre. Pour le candidat du Bloc québécois dans Abitibi-Témiscamingue, l’Abitibi-Témiscamingue abrite des lieux culturels nombreux et variés.

Il remarque que le milieu culturel de l’Abitibi-Témiscamingue se distingue par l’isolement de la région. Selon le candidat, l’éloignement des grands centres a contribué à stimuler la créativité et à façonner un écosystème culturel propre à la région.

Le candidat du Bloc québécois mentionne que le parti qu’il représente aimerait que le gouvernement canadien cède au Québec la supervision des télécommunications et de la radiodiffusion. Sébastien Lemire soutient que cette mesure permettrait de diffuser davantage de contenu francophone et de contenu issu des communautés autochtones. Il juge par ailleurs que cela aurait des répercussions positives pour les régions.

MARIO PROVENCHER – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Mario Provencher reconnaît l’importance de la vitalité culturelle des petits comme des grands milieux.
Il croit que l’Abitibi-Témiscamingue se démarque d’autres régions par l’autonomie de son milieu culturel. Pour le candidat, le retour des jeunes dans la région, la place qu’ils occupent dans la sphère artistique et la collaboration entre artistes et entre institutions sont quelques facteurs qui contribuent à la force du secteur culturel dans la région.

Le candidat souligne aussi le succès de l’initiative CULTURAT de même que de quelques artistes qui rayonnent dans la région comme à l’extérieur. À cet effet, il mentionne le duo d’artistes Geneviève et Matthieu, le comédien Alexandre Castonguay, l’autrice Jocelyne Saucier et le peintre Norbert Lemire.

Il pense que les arts et la culture constituent un moteur économique important et renforcent le sentiment d’appartenance à la région.

S’il est élu, Mario Provencher compte prioriser le volet régional de son mandat de député. Il entend agir à titre d’ambassadeur de la région afin de promouvoir la scène culturelle de l’Abitibi-Témiscamingue. Il pense aussi que des programmes de financement destinés aux régions éloignées des grands centres devraient être développés afin de faire connaître les initiatives et les artistes de ces régions.

 

LOI SUR LE DROIT D’AUTEUR 

ALINE BÉGIN – CANDIDATE DU PARTI VERT DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Aline Bégin considère que les redevances versées aux créateurs et créatrices doivent être bonifiées. Elle souhaite que la Loi sur le droit d’auteur soit modernisée.

CLAUDE THIBAULT - CANDIDATE DU PARTI LIBÉRAL EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Claude Thibault souligne qu’au cours de son mandat, le Parti libéral a modernisé la commission du droit d’auteur et lancé la révision de la Loi sur le droit d’auteur afin que les créateurs soient payés justement et dans les temps.

MARTIN FERRON – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI−BAIE-JAMES−NUNAVIK−EEYOU

Le candidat conservateur dans Abitibi−Baie-James−Nunavik−Eeyou considère que les créateurs et les créatrices doivent être rémunérés justement pour leur travail. Il affirme cependant qu’il s’agit d’un dossier complexe et avoue ne pas le connaître assez bien pour énoncer une position quant à la refonte de la Loi sur le droit d’auteur.

ALAIN GUIMOND – CANDIDAT DU NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Alain Guimond rappelle que le Nouveau parti démocratique s’était fortement opposé à l’adoption en 2012 de la nouvelle Loi sur le droit d’auteur. Il juge qu’une politique culturelle numérique devra s’assurer que les plateformes numériques comme Netflix diffusent une part adéquate de contenu culturel local. Le candidat précise que les artistes doivent recevoir des compensations équitables afin de pouvoir vivre de leur art et qu’il est du devoir du gouvernement de prendre les dispositions pour ce faire.

SÉBASTIEN LEMIRE – CANDIDAT DU BLOC QUÉBÉCOIS DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Le candidat du Bloc québécois est en faveur d’une refonte de la loi sur le droit d’auteur. Il soutient notamment que les artisans de la sphère musicale doivent bénéficier de redevances sur l’écoute de musique en ligne. Pour lui, l’enjeu primordial de la modernisation de la Loi sur le droit d’auteur concerne les plateformes de diffusion en ligne, qui selon le candidat, s’approprient les productions.

MARIO PROVENCHER – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Mario Provencher appuie l’idée de réviser la Loi sur le droit d’auteur. Selon lui, les artistes doivent recevoir une meilleure compensation pour l’utilisation de leurs créations.
Il pense que les réseaux de distribution doivent soutenir davantage les créatrices et les créateurs.

 

IMPOSER LES GÉANTS DU WEB

 

ALINE BÉGIN – CANDIDATE DU PARTI VERT DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE
La candidate du Parti vert juge que les grands diffuseurs doivent percevoir de l’impôt. Elle rappelle qu’il s’agit aussi d’un engagement de son parti. Elle souhaite que ces sommes soient versées équitablement aux artistes. Pour Mme Bégin, les artistes en région devraient être les premiers à bénéficier de ces montants, car elle souhaite que les artistes restent en région.

CLAUDE THIBAULT - CANDIDATE DU PARTI LIBÉRAL DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

La candidate du parti libéral dans Abitibi-Témiscamingue souligne que son parti s’est engagé, s’il est élu, à adopter dès la première année une loi qui prendra les mesures appropriées pour veiller à ce que les fournisseurs de contenu, y compris les géants du Web, offrent plus de contenu canadien dans leur répertoire, contribuent à la création de contenu canadien dans les deux langues officielles, fassent la promotion de ce contenu et le rendent facilement accessible sur leur plateforme. Elle fait également remarquer que le Parti libéral s’est engagé à revoir et à moderniser la loi sur la radiodiffusion et la loi sur les télécommunications. Le parti compte désigner un panel d’experts pour l’aider à réfléchir à l’avenir des médias et de la création de contenu canadiens.

MARTIN FERRON – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI−BAIE-JAMES−NUNAVIK−EEYOU

Martin Ferron souhaite que les grands diffuseurs perçoivent de l’impôt sur leur chiffre d’affaires canadien. Il souligne qu’il s’agit également d’une intention du Parti conservateur du Canada.
M. Ferron voudrait que les redevances contribuent à soutenir le travail des artistes et ajoute qu’il compte faire respecter cette intention s’il est élu.

ALAIN GUIMOND – CANDIDAT DU NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Pour le candidat néo-démocrate d’Abitibi-Témiscamingue, il faut mettre fin au traitement de faveur permettant aux géants du Web de se soustraire à l’imposition. Il juge que ces entreprises devraient désormais percevoir de l’impôt sur leur chiffre d’affaires canadien.

SÉBASTIEN LEMIRE - CANDIDAT DU BLOC QUÉBÉCOIS DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Sébastien Lemire juge que les grands diffuseurs doivent payer de l’impôt et que les sommes doivent bénéficier aux artistes. Il ajoute que ces diffuseurs devraient selon lui consacrer une place plus importante au contenu canadien. Sébastien Lemire considère aussi que le Canada devrait reconnaître officiellement l’existence d’une culture québécoise et promouvoir celle-ci auprès des diffuseurs. Il souhaite que le contenu francophone ainsi que les productions culturelles des Premières Nations soient mieux représentés sur ces plateformes.

MARIO PROVENCHER – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE
Mario Provencher croit que les grands diffuseurs dont Google, Apple, Facebook, Amazon et Netflix, doivent payer de l’impôt sur leur chiffre d’affaire canadien.
Il croit également que les redevances devraient financer le secteur culturel.

 

LE FINANCEMENT ET LA SITUATION FISCALE DES ARTISTES

 

ALINE BÉGIN – CANDIDATE DU PARTI VERT DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Aline Bégin juge que Patrimoine canadien de même que le Conseil des arts du Canada devraient être mieux financés. Elle souhaite par ailleurs que le Conseil des arts du Canada crée des fonds régionaux.
Selon la candidate, l’instauration d’un revenu minimum garanti contribuerait à renforcer la sécurité sociale des artistes et à améliorer leur situation financière. Elle souhaite que tous les artistes bénéficient d’un revenu minimum garanti.

Aline Bégin veut également faciliter l’accessibilité à l’art, notamment via le développement du transport collectif. Enfin, la candidate entend encourager l’éducation à l’art en soutenant financièrement les programmes visant à sensibiliser les jeunes aux productions culturelles.

CLAUDE THIBAULT - CANDIDATE DU PARTI LIBÉRAL DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Claude Thibault soulève que le gouvernement libéral a doublé le financement du Conseil des arts du Canada, qui n’avait pas augmenté depuis 2006. Elle pointe également les investissements de son parti dans Téléfilm Canada, le Centre National des Arts, et l’Office national du film.

La candidate mentionne également l’intention de son parti de bonifier le soutien au cinéma canadien en augmentant le financement de Téléfilm Canada de près de 50 % par an;

Au sujet du financement, la candidate ajoute l’intention du Parti libéral d’offrir un soutien continu pour créer de bons emplois dans le secteur culturel, notamment pour les auteurs, producteurs, réalisateurs, acteurs et les équipes de tournage. Un investissement de 172 millions de dollars supplémentaires dans le Fonds des médias du Canada serait aussi prévu.

Selon Mme Thibault, les Festivals doivent recevoir leur juste part du financement fédéral. Ils ne doivent plus être à la merci du financement des compagnies, souvent minières, et de leur cotation boursière. Elle fait remarquer que le Parti libéral a déjà augmenté́ l’investissement pour la première fois depuis 10 ans dans les festivals et les arts de la scène avec de nouveaux financements de Patrimoine canadien.

 

MARTIN FERRON – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI−BAIE-JAMES−NUNAVIK−EEYOU

Martin Ferron aimerait que le budget alloué à Patrimoine canadien soit bonifié. Il souhaite également que l’augmentation du financement du Conseil des arts du Canada prévue soit maintenue. Il avoue cependant ne pas connaître les positions officielles de son parti à cet effet.
Pour le candidat, les artistes travailleurs autonomes, comme les travailleurs des autres secteurs économiques, devraient jouir d’une sécurité sociale et d’une situation fiscale décente. Il considère que la précarité n’est pas acceptable.

ALAIN GUIMOND – CANDIDAT DU NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Alain Guimond est en faveur d’une augmentation des budgets de Patrimoine canadien, du Conseil des arts du Canada et de CBC/Radio-Canada. Il estime que les revenus issus de la taxation des géants du Web serviront à bonifier ces budgets.
Le candidat néo-démocrate ajoute que le parti qu’il représente compte mettre en place l’étalement du revenu imposable pour les artistes et les travailleurs et travailleuses du secteur culturel.

SÉBASTIEN LEMIRE – CANDIDAT DU BLOC QUÉBÉCOIS DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Pour le candidat du Bloc québécois dans Abitibi-Témiscamingue, il faudrait faciliter les démarches administratives auxquelles sont contraints les artistes pour obtenir du financement. S’il est élu, il aimerait soutenir les créateurs et créatrices pour rendre cette étape de leur travail plus facile.
Sébastien Lemire estime que le financement de Patrimoine canadien et du Conseil des arts du Canada devraient être bonifiés, mais qu’il est nécessaire de s’assurer que ces augmentations aient des répercussions au Québec ainsi qu’en Abitibi-Témiscamingue.

MARIO PROVENCHER – CANDIDAT DU PARTI CONSERVATEUR DU CANADA DANS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Le candidat conservateur dans la circonscription Abitibi-Témiscamingue juge que des investissements supplémentaires devraient être accordés à Patrimoine canadien pour le financement des arts et de la culture. Il souhaite aussi que soit maintenue l’augmentation du financement du Conseil des arts du Canada.
Mario Provencher pense également qu’il serait utile d’effectuer une consultation auprès des artistes et des travailleurs culturels afin de cibler les besoins spécifiques des artistes travailleurs autonomes en matière de sécurité sociale.

Enfin, M. Provencher considère que la formation d’une relève est importante dans le secteur culturel. Il souligne que son parti compte mettre en place un crédit d’impôts allant jusqu’à 500$ pour les parents qui inscrivent leurs enfants à des activités artistiques.

EN SAVOIR DAVANTAGE : PLATEFORMES ÉLECTORALES

 

PARTI LIBÉRAL DU CANADA
https://2019.liberal.ca/fr/notre-plateforme/culture/

PARTI VERT
https://www.greenparty.ca/fr/programme

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE
https://www.npd.ca/des-collectivites-plus-fortes

BLOC QUÉBÉCOIS
https://www.blocquebecois.org/documents/

PARTI CONSERVATEUR DU CANADA
La plateforme complète du Parti conservateur n’a toujours pas été publiée au moment de compléter cet exercice.
https://www.conservateur.ca/
https://mavisionpourlecanada.ca/

PARTI POPULAIRE DU CANADA

Le Parti populaire du Canada ne propose pas de stratégie dédiée aux arts et à la culture dans sa plateforme.
https://www.partipopulaireducanada.ca/plateforme

DANS LES MÉDIAS RÉGIONAUX

Appropriation culturelle – Le Podcast
AC Hors série - Spécial élections fédérales avec Geneviève Béland, présidente du CCAT.

Contact média

Nancy Ross
Responsable des communications
Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue
Tél : 1-877-764-9511, poste 28
com@ccat.qc.ca

Télécharger le communiqué

Source

Nancy Ross

Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue

com@ccat.qc.ca


8197649511

Retour


Nouvelle précédente Nouvelle suivante
Nous joindre

150, Avenue du Lac
Rouyn-Noranda (Québec)
J9X 4N5

Téléphone : 819.764.9511
Sans frais : 1.877.764.9511
Télécopieur : 819.764.6375
info@ccat.qc.ca