L’Abitibi-Témiscamingue, territoire d’art et de culture

Calendrier culturel

CHECK MY POINT

  • Imprimer
  • Envoyer par courriel

Exposition

RANDA MAROUFI ET MARTIN BEAUREGARD SOUS LE COMMISSARIAT DE MARIE MOIGNARD

Portant sur les migrations, l’exposition offre un regard croisé Maroc – Québec avec deux artistes à la carrière ascendante. Sous le commissariat de la critique d’art française établie à Casablanca, Marie Moignard, les vidéos et photographies docufictions de Randa Maroufi et les environnements d’impressions 3D en direct de Martin Beauregard élaborent une constellation complexe d’un phénomène qui bouleverse le monde globalisé.
Ceuta, enclave espagnole sur le sol marocain, est depuis l’indépendance du royaume le théâtre d’un trafic de biens manufacturés qui, transportés à pied d’un côté à l’autre de la frontière, sont exemptés de taxes et vendus au rabais dans les villes du nord du Maroc. Cette géographie donne lieu à une expérience bien particulière pour les personnes qui y « travaillent » : un parcours cyclique qui semble sans fin, de la sortie du territoire marocain jusqu’aux khzayenes (immenses magasins de marchandises limitrophes) de Ceuta, et inversement des khzayenes jusqu’à l’entrée du territoire marocain.

Le film Bab Sebta (La porte de Ceuta) se présente sous la forme d’une vidéo expérimentale, librement inspirée de la tension ressentie à la frontière de Ceuta. Il nous invite ainsi à effleurer un instant l’étrange réalité qui est celle de la ville. Dans un dispositif théâtral et nu, et en m’inspirant de ce j’ai pu observer lors de mes multiples passages de la frontière effectués à pied ou en voiture, je reconstitue certains moments inspirés de situations précises qui se déroulent à cet endroit. J’y mets en scène des personnes qui y travaillent réellement.


Le nouveau corpus de travail de Martin Beauregard s’élabore en temps direct dans l’espace d’exposition. Les prototypes réalisés en laboratoire servent de matrices réflexives à une installation qui emprunte son organisation aux camps de réfugiés ou aux quartiers de squatters migrants. Beauregard y tente une projection constructive du phénomène de la migration. En installant des imprimantes 3D en action, il déploie sous nos yeux la métaphore percutante d’une ville en construction, les imprimantes 3D étant une version nouvelle des grues de construction.

La question de la construction des nouvelles villes contraintes dans leur essence à s’adapter aux flux migratoires et aux changements climatiques est au cœur de cette mise en espace. L’espace réel de l’exposition reprend et réalise en somme l’espace fictionnel des environnements numériques conçus par Beauregard et dont on peut apprécier la qualité dans la projection offerte de cette matrice virtuelle. Un travail sonore minutieux s’imbrique dans cette vision fictionnelle.


Née en 1987 à Casablanca, Randa Maroufi est diplômée de l’Institut National des Beaux-Arts de Tétouan (Maroc), de l’École supérieure des beaux-arts d’Angers (France) ainsi que de Fresnoy - Studio national des arts contemporains (France). Elle vit et travaille à Paris. Randa Maroufi s’intéresse à la mise en scène des corps dans l’espace public ou intime. Sa démarche, souvent politique, revendique l’ambiguïté pour remettre en question le statut des images et les limites de la représentation. Son travail, qui se traduit essentiellement à travers la photographie, la vidéo, l’installation, la performance et le son, a été présenté lors d’événements d’art contemporain et de cinéma majeurs, notamment à La Biennale de Marrakech (2014), aux Rencontres de Bamako (2015), au Festival international du film de Rotterdam (2016), à la Videonale (2017), à la Biennale de Sharjah (2017), à la Biennale de Dakar (2018) et la Biennale de Mercosul (2018). Son film Le Park a reçu une vingtaine de prix et fait partie de la collection du Centre national des arts plastiques de Paris. En 2017 et 2018, Randa Maroufi a été membre artiste à la Casa de Velázquez — l’Académie de France à Madrid.


Martin Beauregard est artiste et chercheur. Il a développé, depuis une dizaine d’années, un corpus d’œuvres interdisciplinaires à partir duquel il interroge le phénomène migratoire dans une perspective à la fois esthétique et écosophique. Ses recherches-créations ont été présentées dans une quarantaine d’expositions, notamment au MA, musée d’art de Rouyn-Noranda, au Musée des beaux-arts de Montréal, au CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux, aux Rencontres internationales Paris-Berlin, à Location One de New York et à Ashahi Art Square de Tokyo. Il détient un doctorat en arts et musicologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et un doctorat en études et pratiques des arts de l’Université du Québec à Montréal. Il est également professeur-chercheur-créateur, depuis 2014, à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

À partir de ces réalisations récentes, telles que L’impossibilité d’une ile (2017) et Les particules migratoires (2018), l’artiste pose un regard sur la complexité de la crise migratoire dans sa relation aux échanges de données, à l’évolution des marchés et aux changements climatiques. Il qualifie ses œuvres « d’écosystèmes virtuels auto-évolutifs » pour définir la dimension imprédictible du système informatique, ainsi que des paysages et des êtres qui l’habitent; ceux-ci se transforment, se mutent, modifient leur comportement sous l’influence de données financières et climatiques captées sur le web en temps réel. Ils emportent, dans un cycle de vie et de mort, la mémoire de migrants clandestins et une part de leur dessein.

D’une autre manière, dans l’œuvre Another Day After Eternity (2017), l’artiste récupère des images d’archives d’attentats terroristes issues de l’actualité et des médias sociaux; ces images sont recontextualisées et remédiatisées dans un environnement 3D. La migration des images et des sons est au cœur de ce travail porteur d’une réflexion sur la mémoire traumatique à l’ère des humanités numériques. Enfin, les œuvres les plus récentes, Building in the Flux of Migration (2019) et Villes migratoires/Cities of Migrants (2019), témoignent de l’aboutissement de cette synergie inédite entre les arts et les sciences qui fait aussi la singularité de l’artiste. Ce corpus d’œuvres aborde le thème de la migration, cette fois, dans sa relation à l’architecture et à l’écologie. Il en résulte des sculptures et des installations pour penser les conséquences des changements climatiques sur l’environnement et sur l’humain.


Historienne de l’art spécialisée en art contemporain et en photographie, Marie Moignard est diplômée d’un Master 2 Recherche en art contemporain de l’Université la Sorbonne de Paris. Elle est l’auteure du premier livre de référence Une histoire de la photographie marocaine paru en 2010 chez Malika Éditions (Casablanca).

Installée au Maroc depuis 2013, elle est journaliste et critique d’art pour la revue d’art contemporain Diptyk. De 2013 à 2016, elle a créé et animé les « Tchats Photo » à l’Institut français de Casablanca, un rendez-vous mensuel avec le public autour de la photographie. Elle intervient également en tant qu’experte, comme pour Pierre Bergé & Associés lors de la vente « Photographies africaines » (23 novembre 2010, Bruxelles), et pour les États généraux de la Culture présentés par l’association Racines au Ministère de la Culture du Maroc en 2014.

En 2011, elle collabore avec la Fondation arabe pour l’image afin de recenser le patrimoine photographique du Maghreb dans le cadre du programme MEPPI (Middle East Photographs Preservation Initiative). Elle donne régulièrement des conférences sur la photographie marocaine, notamment au Musée du Quai Branly (Biennale Photo Quai), à la plateforme pour la création photographique Le Percolateur à Marseille et au MoHO (Moderne Heritage Observatory) à Rabat.

Dates

Du vendredi 11 octobre 2019 au dimanche 12 janvier 2020

1er octobre – 31 mai
Lundi : Ouvert sur réservation seulement
Lundis fériés : 13 h – 17 h
Mardi et vendredi : 11 h – 17 h
Mercredi et jeudi : 11 h – 19 h
Samedi et dimanche : 13 h – 17 h


Prix

gratuit

Lieu

MA, musée art
201, avenue Dallaire, local 154
Rouyn-Noranda
819 762-6600

Contact

Karyne Brassard
819 762-6600
MA@rouyn-noranda.ca

Site Web

Retour

Nous joindre

150, Avenue du Lac
Rouyn-Noranda (Québec)
J9X 4N5

Téléphone : 819.764.9511
Sans frais : 1.877.764.9511
Télécopieur : 819.764.6375
info@ccat.qc.ca